Depuis la constatation du niveau de chômage élevé, la nécessité d’une réforme de la formation professionnelle s’impose. Réforme qui, en combattant ce fléau et en préparant l’avenir, devrait promouvoir l’amélioration des conditions d’accès à la formation. C’est en cela que le CPF (Compte Personnel de Formation) entre en vigueur le 1er janvier 2015. Il accompagnera pour chaque cas, soit le salarié, soit les chercheurs d’emplois, soit les sans qualification durant toute leur carrière. Soudain en 2016, une nouvelle réforme sur le cadre du travail apparaît. Celle-ci bouleversera t’elle l’ancienne reforme concernant le CPF ?

Les contours de formation qu’offre le CPF

Le CPF offre la chance de progresser au cours de sa vie professionnelle en acquérant des compétences par la formation qui sont liés aux besoins des sociétés plus de l’économie à travers un plus large choix des formations. Vu l’importance de l’anglais, dans les formations éligibles au CPF il est possible de faire un cpf anglais. Ce compte prend vie à partir de 16 ans, ou par dérogation pour les contrats d’apprentissages dès 15 ans. Et, reste dès lors ouvert de la vie active jusqu’à la retraite même pour les salariés handicapés.

Polémique autour de la nouvelle loi du travail

Le CPF qui allait en faveur des salariés et même des chômeurs va-t-elle disparaître au détriment du nouveau projet de loi travail ? Pour plus d’éclaircissement, il faut savoir que cette loi ne vise pas directement les droits offerts par le CPF même si elle crée de nouveaux ajustements à ceux-ci. En effet, la nouvelle loi entend protéger les salariés en mettant en place le CPA (Compte Personnel d’Activité) regroupant le C3P (Compte Personnel de Prévention de la Pénalité) et le CPF. Ainsi, les droits restent les mêmes avec l’alignement des conditions d’utilisations du CPF sur celles du CPA.